La CPES à Matignon et aux Invalides.
18 mai 2018


Le 18 mai, la classe de CPES, accompagnée de l’Adj Barthélémy, de l’Adc Bernardon et de M. Passaqui, a découvert l’hôtel Matignon, résidence du Premier ministre. Le bâtiment est bien évidemment porteur d’une histoire très riche, qui commence à sa construction au début du XVIIIe siècle, pour se poursuivre jusqu’à nos jours. Cet ancien hôtel particulier a notamment été la propriété de Talleyrand, de Napoléon, des époux de Galliera, avant de devenir l’ambassade d’Autriche-Hongrie et d’être, à ce titre, confisquée pendant la Première Guerre mondiale.
Le cadre a vraiment acquis une position centrale dans le fonctionnement des institutions de la République à partir des années 1930. Il est désormais un des lieux incontournables de la vie démocratique et de la Ve république.
L’immersion dans les bâtiments a débuté par la présentation de la salle du Conseil, très présente dans les médias, puisque c’est là que se déroulent les réunions ministérielles et les négociations avec les partenaires sociaux.
Le jardin constitua la 2e étape. Il est immense et magnifique. Les étudiants de CPES n’ont pas tardé à lui trouver des points communs avec ceux de Vaux-le-Vicomte et du parc de la Verrerie, au Creusot, qu’ils avaient visités au cours des mois précédents. Ils avaient en commun avec celui de Matignon d’avoir été réalisés par la même famille de paysagiste : les Duchêne.
À Matignon, le parc accueille à nouvel arbre à chaque nouveau Premier ministre. Si chênes et pommiers occupent une place de choix dans cette tradition, quelques essences plus exotiques, ainsi que les roses de Bernadette Chirac, ont su trouver un emplacement privilégié dans ce lieu.
Enfin, la visite s’est achevée par la présentation successive des salons rouge, bleu et jaune qui conservent, pour l’essentiel, leur décor et leur mobilier du XVIIIe siècle. Si, désormais, le bureau du Premier ministre se trouve au premier étage du bâtiment, jusqu’en 1958, c’est bien le salon jaune qui servait à cet usage.

Matignon constitua le clou de cette journée qui avait débuté par la découverte, aux Invalides, de l’exposition Napoléon Stratège, avec notamment une brillante relation de la campagne de 1805 et des remarquables déplacements réalisés en vue d’encercler les forces du général Mack à Ulm.
L’exposition est accompagnée de nombreux documents : des plans, des peintures présentant certaines batailles, mais aussi des objets personnels de l’empereur, non pas relayés au rang de gadget, mais bien identifiés comme participant à l’efficacité du processus décisionnel.

Ce 18 mai restera donc gravé dans la mémoire des élèves de la classe de CPES. Il constituera sans doute le souvenir le plus marquant parmi les sorties culturelles et pédagogiques. Pour cette classe qui fête en 2018 sa 10e année d’existence, ce fut un beau cadeau. C’est aussi l’occasion de remercier celle et celui sans lesquels cette activité n’aurait pu se faire, la Chef d’escadron Loreille, ancienne Commandant d’unité du LMA, qui a eu l’idée de cette visite, en se souvenant qu’un de ses camarades de promotion en CPGE, au LMA, fut le Chef de Bataillon Launay, aide de camp du Premier ministre. Le hasard et le destin ont voulu que ce dernier, quelques jours plus tard, quitte son poste auprès d’Edouard Philippe, pour de nouvelles fonctions. Il était alors à Autun, à quelques mètres du Lycée militaire, lors d’une journée marquée par la présence du Premier ministre pour le discours de clôture du congrès des maires des petites villes de France. Souhaitons que cette promotion de CPES sache se montrer digne de l’intérêt qui lui a été accordée en ce 18 mai et qu’elle fasse sienne les conseils prodigués par ces deux grands anciens reliés au LMA par des liens immarcescibles.