Sortie à la soufflerie de Tallard

Sortie à la soufflerie de Tallard peloton S2

Le week-end du 19 novembre 2016, les élèves de première et de terminale S2 sont partis pour réaliser une expérience hors du commun…
Après un départ à 10h30 le samedi matin, ils ont passé plus de 6h dans le bus pour arriver enfin à TALLARD, non loin de GAP. Comme ils ont pu le constater, Tallard est une commune qui se consacre exclusivement à l’aéronautique. Mais la particularité de cette ville est qu’elle possède l’un des quatre simulateurs de chute libre présents en France. Les S2 ont eu la chance unique de tester la soufflerie ON’AIR. C’est la famille Bergouignan qui passionnée, gère cette entreprise, dans un panorama exceptionnel puisqu’elle est dotée d’une vue imprenable sur les Alpes. Sans avoir besoin de sauter dans le vide, la soufflerie créée exactement la même sensation qu’une véritable chute libre, plaisir garanti, zéro danger… que demander de plus ?
Julien, vice-champion d’Europe de Free-Fly et Patrick multi-champion de parachutisme et entraîneur de l’équipe de France de vol, furent les « coachs du vide » des élèves ainsi que des cadres. Ils les ont accompagnés durant deux sauts de une minute chacun (un saut équivalent à une chute d’un peu plus de 4 000 mètres). A la fois excités et quelque peu angoissés, tout le monde s’est jeté dans un souffle à plus de 200 km/h. De quoi décoiffer c’est le moins qu’on puisse dire !
Ces deux minutes, aussi brèves qu’elles peuvent avoir l’air, furent, pour une grande partie des élèves, les minutes les plus intenses qu’ils aient jamais connus. Selon des anciens changaïoux, cette sortie serait la plus incroyable qu’ils aient jamais fait.
En plus d’avoir passé des moments sympathiques entre eux (notamment le samedi soir lorsqu’ils mangeaient les pizzas), les élèves passèrent un week-end pour le moins, inoubliable et très riche en émotions. C’est grâce à la démarche des chefs de section du peloton S2 que ce projet a pu se réaliser. Un grand merci à eux et au lycée de s’être autant investis pour ce projet.
Rédactrice : Maëlys RICHARDOZ